lundi, juin 12, 2006

De courts extraits du Corticalart


Pierre Henry a toujours aimé innover. Ici, sur cette photo qui date des années 50, il contrôle la répartition du son issu de quatre sources sonores à l'aide d'un pupitre d'espace constitué des quatre bobines d'action à distance qui l'enserrent (Les Musiques Expérimentales d'Abraham A. Moles, Edition du Cercle d'Art Contemporain, 1960).
Et si on connaît son travail dans le cadre de la musique concrète ou électro-acoustique, ses expérimentations autour d'un instrument comme le Corticalart de Roger lafosse intriguent. Et ce d'autant plus que les disques qui sont sortis à l'époque dans la fameuse collection "Perspectives du 21e siècle" chez Philips sont introuvables.
Alors, c'est vrai que de pouvoir écouter ces concerts enregistrés en 1971 pour la mise en musique du Corticalart se révèle une aubaine. Même si, à la base, le CD a été créé à partir du vinyle de l'époque, on entend les craquements du disque caractéristique.
Pour combler partiellement cette curiosité, je mets en ligne quelques très courts extraits.
Le premier consiste dans le final de Levitation où Pierre Henry joue autour d'une boucle avec un son puissant, agressif, acide.
Là aussi, Pierre Henry met en jeu les possibilités du Corticalart qui permet de jouer sur la matière sonore avec sept générateurs avec Pénétration
Ici l'extrait de
extrait Cortisouk
avec cette modulation qui n'est pas sans rappeler les musiques Arabes, y compris dans le nom. Dans la même lignée, il y a Voyage; travail ici autour d'une boucle, avec un son qui prend appui dans la puissance offerte par ses sept générateurs sonores.
Fantasia joue sur les hauteurs, les descentes de fréquences.
Electro-Genèse a un climat très différent, aves des effets de vague de filtre, de très belles modulations.
Bien entendu, ce ne sont que de courts extraits mais j'espère qu'ils vous auront donné la possibilité de comprendre un peu mieux ce que le Corticalart pouvait faire musicalement.

3 Comments:

Blogger Patrick W said...

Pierre Henry avait un goût prononcé pour la mise en scène et la provocation en 60/70, on a un peu oublié tout ça, l'époque était assez violente et extrème, on rejettait tout ce qui avait été fait avant ... C'est une facette du musicien qui ne m'interesse pas et qui me déçoit. J'aime trop la musique pour ça ...
c'est du niveau de Jean Michel et de sa harpe laser quand on le voit avec des tubes sur la tête. Remarque ça a un avantage, ça fait parler de lui... même 45 ans plus tard !

10:32 AM  
Anonymous Des arts Sonnants said...

Très intéressant article sur cette facette méconnue du grand maître de la musique concrète.

GM
http://desartsonnants.over-blog.com

2:07 PM  
Blogger deb7680 said...

Bonjour,
Merci pour votre commentaire. Ceci dit, je suis très impressionné par votre site, notamment par la page ressources. Je vais le mettre en lien prochainement.
Didier

4:08 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home